Travailler en autonomie

On le sait tous: il y a un monde entre monter son cheval en étant guidé par un enseignant, et se retrouver seul dans la carrière en tête à tête avec Pompon. Vous n’êtes pas seul(e) à avoir du mal à construire vos séances en autonomie, et rassurez vous, ça se travaille. L’entrée en 2018 peut vous pousser à prendre cette résolution : apprendre à être meilleur, même seul.
xx
J’ai eu cette première angoisse du bac à sable vide quand je suis rentrée chez moi après avoir passé deux ans à être encadrée quotidiennement par deux instructeurs; lors de cette période, j’ai avancé très vite et appris plein de choses, mais le revers de la médaille, ça a été ça: je manquais cruellement d’autonomie. J’ai donc dû retrousser mes manches et apprendre à évoluer seule. Et quelques indispensables m’ont permis de garder le cap.
x

  • Monter en autonomie signifie pas se passer d’enseignant

Un bon cavalier est un cavalier qui continue de se former. Je n’encourage personne à monter sans jamais prendre de cours. Un enseignant vous permet de profiter d’un regard extérieur aiguisé, et de techniques que vous ne pouvez pas inventer seul. Intéressez vous, faites des stages, continuez de vous former. Plus vous vous formerez, plus vous serez autonomes et plus vous verrez de portes s’ouvrir dans votre équitation. Alors, résolution n°1: recherchez les enseignants qui vous plaisent dans votre coin ou les stages organisés, et ouvrez vos oeillères!
x

DSC_0065.JPG
En stage chez Gina Pitti, en Juin 2017 (oui, je sais, je ressors toujours les mêmes photo; promis, je vais faire des efforts pour me faire photographier plus régulièrement).

x

  • Organisez-vous

Quand vous prenez un cours, vous êtes élève. Quand vous travaillez votre cheval en autonomie, vous êtes professeur. Vous devez donc construire vos séances et établir des objectifs en amont. Si vous vous mettez en selle et que vous ne savez pas vers quoi vous diriger, votre séance risque d’être peu concluante. Prenez donc le temps de clarifier la situation : quels sont vos lacunes et celles de votre cheval ? Qu’est-ce qui mérite d’être travaillé ? Si vous n’arrivez pas à répondre à ces questions, redemandez-vous quel sens vous donnez à votre équitation, et/ou faites intervenir des regards extérieurs. Il est parfois d’être objectif par rapport à son cheval, un ami pourra vous donner son avis.

Chacune de votre séance doit avoir un but, qu’elle se déroule à pied, à cheval, en liberté ou en bride. Si vous passez beaucoup de temps à monter à cheval sans vraiment réfléchir à ce que vous voulez, vous risquez d’être insatisfait, car vos objectifs ne sont pas clairs, et donc inatteignables. Vous risquez même de régresser avec votre cheval. Pour éviter cela, recommencez à observez votre cheval objectivement, comme si c’était un cheval qui vous est donné au travail. Là, vous pourrez sortir de vraies pistes de travail et vous y tenir.

 

26169659_10211121672099207_2706480460902878530_n.jpg
Soyez objectifs par rapport aux capacités de votre cheval, à ses facilités et à ses lacunes, ainsi qu’aux votres. Ainsi, vous pourrez être juste avec lui et progresser.

2701134161

  • Inspirez vous

Parfois, la motivation n’est pas au rendez-vous, surtout en cette saison où l’on alterne entre pluie, froid et vent. Pour garder l’envie de monter, inspirez vous de cavaliers qui vous font vibrer. Quand je suis au chaud chez moi et que je manque d’envie d’aller monter, je vais sur Youtube et je regarde des vidéos de cavaliers qui me plaisent, ou de stages. Ou bien j’ouvre un livre. En général, au bout de 5 minutes de lecture/visionnage, j’ai à nouveau envie de braver le froid et de mettre les fesses sur mon poney.

En ce moment, je re(re-re)lis les Oeuvres Complètes de Nuno Oliveira. J’en lis toujours une page ou deux avant d’aller monter; ça me permet de me mettre dans une disposition propice au travail, ça m’inspire, et souvent, ça me donne des pistes de travail d’excellente qualité.
Les supports multimédias nous permettent d’avoir accès à une multitude d’informations, et il y en a pour tous les goûts. Utilisez-les !

N’hésitez également pas à aller voir d’autre cavaliers monter, professionnels comme particuliers. Le but n’est pas de trouver la perfection, mais d’aiguiser votre regard: qu’est ce qui vous plaît? Qu’est-ce que vous feriez différemment?

22708724_563225354009092_1562344678051807232_n
Inspirez vous… Et n’hésitez pas à casser les codes!

 

  • Filmez-vous

Souvent, il y a un fossé entre ce que l’on a l’impression de ressentir et ce qu’il se passe vraiment sous notre selle. Ou alors entre la posture que l’on croit avoir et celle que l’on a vraiment. On a tous déjà vécu la fameuse leçon où notre enseignant nous affirme que l’on est pas droit alors qu’on a vraiment la sensation de l’être.
x
Par exemple, j’ai fait une erreur de débutant ces derniers mois: j’ai pris tellement de plaisir dans le rassembler avec mon cheval que j’ai accordé nettement moins d’attention qu’avant au fait de l’allonger. Je ne m’en suis pas rendu compte, car cette tendance a évolué très doucement.
En filmant ma séance, je me suis pris une claque dans la figure au visionnage: mon cheval, pourtant avancé dans le dressage, ne m’offrait plus d’extension d’encolure digne de ce nom! Il s’étendait à moitié, et je laissais faire, m’auto-persuadant que ce qui est compris l’est pour toujours. Moi qui suis la première à tiquer devant les chevaux emboutis par un rassembler mal géré, j’ai failli tomber dans cette ornière en me laissant guider par mes sensations faussées. Pour l’objectivité, on repassera.
x
Il est facile, lorsqu’on a pas de regard extérieur, de se persuader qu’une chose est acquise alors qu’elle ne l’est pas, ou qu’elle s’est dégradée. Soyez votre regard extérieur: installez une caméra dans le coin de la carrière, oubliez la, et déroulez votre séance. En visionnant la vidéo, est-ce que quelque chose vous frappe ? Si vous aviez été au centre de la carrière à ce moment là, qu’auriez-vous dit à votre « élève »?
x

  • Montez d’autres chevaux

Tous les chevaux sont différents et nécessitent une adaptation de la part du cavalier. Souvent, monter un nouveau cheval permet de prendre une bonne leçon d’humilité: ce qui est facile avec le sien ne l’est peut être pas forcément avec son copain de pré. Vous pouvez débloquer un bon nombre d’incompréhensions en montant un cheval ayant des facilités et des difficultés qui vous seront nouvelles. Même si ce n’est pas toujours confortable, échangez de cheval avec d’autres cavaliers de temps à autre permet d’évoluer avec le sien.
x

17499282_10211227540517123_5884803615743126574_n.jpg
Même les chevaux atypiques et des gammes d’exercice basiques peuvent vous faire évoluer vers plus d’expérience et d’autonomie.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s