Nouveau dans la troupe

Kenzo, c’est le nouveau colocataire de mes chevaux. Son histoire, c’est celle d’une majorité d’équidés … et même si elle ne sort pas de l’ordinaire, nous pouvons en tirer des enseignements.

Croisé porte et fenêtre de 17 ans, avec presque autant d’années de club à son actif. Une bouille de papy aigri. Blond, bien sûr. Il a été acheté par sa propriétaire actuelle, qui voulait le sortir de cette vie, trois mois avant d’arriver à la maison. Avant ça, il vivait au club. Et quand je dis club, c’est pas le club sympa, où la casse est un peu limitée. Plutôt le club boîte à caca et bac à sable.

DSC05411.JPG

Une brassée de foin pas top matin et soir, et des repas de concentrés. Kenzo vivait en box sans sortie régulière. Vu qu’il était ulcéreux, il avait tendance à partir en saut de mouton … et était “fatigué” avant d’avoir un gamin posé sur le dos, à grand renfort de chambrière aux fesses. Petite cerise sur le gâteau, il vivait seul, car d’après les dires de l’ancienne propriétaire et gérante du club, il était agressif avec ses congénères (ça vous rappelle quelque chose ? cf. l’histoire de Léo).
Au travail, en extérieur et aux soins, il m’a été présenté comme un cheval ayant peur d’un peu tout, ayant peur du stick et tirant au renard. En effet, c’est en tout cas un cheval tendu que j’ai rencontré, qui aurait eu bien besoin d’un séjour balnéo.

Bref, la proprio, Marie, avait très envie de changer de décor. Nous avons donc intégré Kenzo avec mes deux chevaux. Marie était très émue : le cheval n’avait pas eu de contacts sociaux avec un autre équidé plusieurs années !

 

DSC05414.JPG
Léo et Kenzo … nos deux « chevaux agressifs » !

 

Il est maintenant à la maison depuis deux mois. Kenzo n’a jamais à ce jour montré aucun signe d’agressivité. Il a même soudé le troupeau. Rio et lui sont très liés. Kenzo fait du grooming, fait la sieste avec tout le monde, partage son assiette et goûte à la vie qu’il mérite. Il a laissé tomber ses fers et ses rations de maïs quotidiennes. Il est devenu remarquablement calme en toutes circonstances, part détendu en extérieur. Marie commence même à le sortir en side-pull.
Ses peurs les plus ancrées, comme celle du stick, sont travaillées petit à petit. Nous recommençons doucement le travail, à pied pour l’instant. Kenzo est très fin, très attentif. Il est presque joueur lorsqu’il se rend compte que le but de la séance n’est pas de lui voler ses mouvements mais de faire les choses à son rythme. Il change d’oeil, il est plus avenant.

 

DSC05585.JPG
Kenzo et Rio ont rapidement développé un lien fort.

 

Nous n’avons pas fait grand chose, à part lui offrir un mode de vie correct, avec contacts sociaux, possibilité de mouvement et accès à une alimentation fibreuse en continu. Ce cheval ne méritait pas de vivre seul. Je pense qu’il a pu dans le passé montrer des signes d’agressivité envers les autres chevaux, mais ils étaient dûs à ses douleurs, à sa faim, au manque de place.
Faisons une analogie bête et méchante… Vivez toute votre vie dans vos toilettes, sortez une heure par jour pour une séance de sport douloureuse et, entre nous, un peu flippante, supportez la faim, les ulcères… Il y a des chances pour que votre comportement soit un peu étrange en société les rares fois où l’on vous met en contact avec quelqu’un.
Les chevaux intrinsèquement mauvais et asociaux, au point de devoir passer leur vie dans la solitude, se comptent sur les doigts d’une main… s’ils existent. C’est l’humain qui les rend malades.

DSC05562 2.JPG

Je ne cherche pas à dire qu’il n’y a pas de chevaux vraiment difficiles, simplement qu’il y en a beaucoup moins que l’on ne pense. Certains chevaux demanderont plus de compétences, plus d’ajustement, plus de temps… mais l’immense majorité des équidés ne demandent pas tant ; simplement un style de vie respectueux de leur espèce et un travail raisonné et patient. Supprimez les perturbations basiques, et vous supprimez 90% des tares. Faîtes l’impasse sur cette base… et malgré tous les diplômes éthomagiques du monde, vous n’arriverez qu’à un travail médiocre.

Les anciens propriétaires ont affirmé à Marie, pourtant bonne cavalière, qu’elle n’arriverait jamais à gérer Kenzo. Aujourd’hui, après seulement deux mois et quasiment sans travail, le cheval est méconnaissable; il se laisse approcher au pré, sort dans le calme sans embouchure, passe dans des zones effrayantes sans sourciller, recommence à travailler en longe sans vouloir fuir à tout prix… Des Kenzo, les clubs en regorgent. Le nôtre est sorti de là, et Marie a encore de beaux jours à parcourir à ses côtés.

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. feuliane dit :

    Grand nombre de club n’ont pas la place nécessaire pour sortir leur chevaux dans des grands prés et en groupe. Cependant, il est clair que même si certains clubs avaient toute la place du monde, ils ne prendraient tout de même pas le temps de les sortir afin de combler ce manque de sociabilité.

    Pour l’alimentation, ils préfèrent largement donner des litres de grains par économie de place et de temps que de donner une bonne ration de foin, ou mieux du foin à volonté!

    En tout cas très contente de voir que Kenzo a su toucher quelqu’un qui lui a donné sa chance de prouver qu’il n’était pas le monstre décrit par le club!

    J'aime

  2. Vacca dit :

    Chère Coline
    Je suis outrée, hallucinée et énervée de lire votre article ci dessus. Je ne pensais pas qu’il était possible d’aller si loin dans le mensonge et l’absurdité. Comment pouvez vous tenir de tels propos, si précis, si insultants et si dégoutants, sans même connaitre le passé de Kenzo et de l’endroit dans lequel il a vécu toutes ces années? Laissez moi vous expliquer, le club « boite à caca et sable » comptait une quinzaine de chevaux pour une vingtaine de cavaliers, le genre de club très familial – jeux, barbecue et marshmallow – 4 cours par semaine seulement étaient organisés, 2 le mercredi et 2 le samedi. Les concours? C’était 3 maximum par an et seulement si les « meilleurs » cavaliers du club étaient motivés. Les chevaux vivaient au pré 8 mois par an et étaient sollicités uniquement et au maximum pour les 4 cours par semaine. L’hiver, ils étaient en box, au chaud, et sortaient très régulièrement dans les prés voisins pour se défouler. Quand à Kenzo, qui d’après votre article, « sortait uniquement pour les reprises, vivait seul, était agressif et peureux », était en réalité un cheval adorable, chouchou de tous les visiteurs tant il était gentil, beau, plein de bonne volonté et très joueur. Je l’ai monté et chouchouté pendant plus de 6 ans et je l’ai eu en demi pension pendant plusieurs mois. Rando, balade à pied, broutage pendant des heures, travaille en main, petit cours de saut d’obstacle, jeux, pions et tresse d’étalons, voilà ce qu’était notre quotidien ! Et comme tous les chevaux du club, il vivait le plus clair de son temps au pré et toujours accompagnée de sa copine Fantasia, la petite « Fanfan ». Il y a plus d’un an, le club a dû fermer ses portes par manque de moyen financier et a commencé à vendre plusieurs chevaux de l’écurie, moi et ma famille étions parti du club quelques mois avant sa fermeture. Je suis retourné voir mon Loustic a plusieurs reprises, en espérant un beau jour, pouvoir l’acheter. Même si il était perturbé car plusieurs de ses copains été partis et parce que l’activité du club avait cessé, il était toujours aussi câlin et gentil qu’auparavant, une boule d’amour comme a son habitude. C’est pour ça que je suis complétement déroutée en lisant tout ceci, c’est scandaleux de divulguer de tel propos. Sachez bien, que 95% de votre description de « l’ancien Kenzo » est fausse et violente. Pour appuyer mes propos, j’ai créer une galerie photo sur Google: https://goo.gl/photos/tkziyG5X5gG3DiAY9 quel cheval apeuré, martyrisé et agressif ! Avant de lire cet article, j’avais contacté Marie pour passer le voir. Je suis extrêmement heureuse que Marie l’ai acheté, il mérite tant d’amour et il n’aurait pas pu obtenir mieux. Je suis tellement reconnaissante de votre travail et implication pour donner à ces chevaux une vie meilleure, épanouie et sereine, mais je ne comprends pas pourquoi tant d’exagération et divagation dans votre article. Bref, l’important c’est que vous sachiez qu’il a toujours été aimé, qu’il a eu une vie tranquille sans éperons, coups ou séquestration en box loin de toute vie sociale, comme vous dites. Une belle soirée, Gaelle

    J'aime

    1. colinegvd dit :

      Bonjour Gaëlle,
      Je déplore le fait que cet article vu ait déplu. Je ne peux cependant pas vous laisser dire que mon témoignage sur l’histoire de Kenzo est un mensonge. Je souhaite donc rétablir la vérité sur quelques faits.
      Le club en premier lieu ; vous le décrivez comme un club « familial, type barbecue et marshmalow » … Cela ne change strictement rien au manque de soin accordés aux chevaux, que j’ai vu de mes yeux. En effet, le club a déménagé à 50m de l’une de mes pâtures, j’ai donc pu voir quotidiennement la manière dont les chevaux sont gérés – en plus des nombreux retours que j’ai eu sur ce club. On peut s’amuser
      à faire des chamalow au feu de bois, à 3m de chevaux malheureux … Quand je parle du club, j’en parle dans l’optique du bien être équin, l’amusement des cavaliers m’important peu ici.

      Vous dites que les chevaux étaient au pré 8 mois par ans. Peut être, je ne sais pas. Ce que je sais, c’est que la propriétaire actuelle connait Kenzo depuis 3 ans et confirme que lors des 3 dernières années, le cheval a vécut quasiement uniquement au box, sans sorties, avec un foin de très mauvaise qualité.

      Je n’écris nulle part que Kenzo est agressif avec l’humain. Il ne l’est pas. J’écris que la gérante du club a fait le choix de le faire vivre seul car d’après elle – et je ne partage pas son avis, de toute évidence – il serait agressif avec les autres chevaux. Il est en revanche méfiant envers les gens qu’il ne connait pas, ça, je le maintiens. Petit détail révélateur : lorsque nous approchons son ancien lieu de vie en balade, nous avons du mal à le faire avancer et il nous montre clairement qu’il ne souhaite pas s’en approcher.

      Ma description de l’ancien Kenzo ne diffère pas tant que ça de la votre, mis à part la mention de son côté peureux. Jamais je n’ai dit qu’il était agressif, jamais je n’ai dit qu’il était méchant. C’est en effet une boule d’amour, celle que vous décrivez, qui fait fondre tout le monde avec sa bouille d’ange.
      Je dis en revanche qu’il a été très mal géré. On voit d’ailleurs qu’entre les photo que vous montrez et aujourd’hui, il a repris du poids, du dos … Je dis qu’il a été victime de gestes pas franchements clairs. Je dis qu’il a eu une vie pas facile. Oui, je maintiens ça, car j’ai vu le cheval, car je vois ceux qui vivent encore là bas, et car j’ai tout de même une lecture du cheval correcte.

      Pour vos photo, encore une fois, je ne parle pas de cheval martyrisé et agressif – et pas apeuré avec les gens qu’il connait. En effet, on peut monter sur Kenzo, oui il aime bien jouer en suivant les gens, oui on peut lui faire des tresses et je ne sais quoi encore. Mais, à mes yeux, pouvoir papouiller un cheval n’est pas révélateur de son bien être.
      Je n’ai pas de doute que vous, avec vos moyens (par là je veux dire sans pouvoir opérer de grands changements dans la vie de Kenzo), avez contribué à rendre sa vie meilleure. Mais malheureusement, cela ne change rien à la manière dont il a été géré avant de venir chez moi : au box, sans jamais voir de dentiste et encore moins d’ostéopathe, avec une foin de mauvaise qualité donné avec ce que je n’appellerais pas parcimonie mais radinerie (oui, ça j’en ai été témoin).

      Vous apportez une lumière intéressante sur sa vie précédente, notamment sur le fait qu’à un moment, la gérante l’a laissé vivre avec une congénère. Elle a cependant changé de discours depuis, elle maintenait malgré les demandes de Marie que Kenzo devait vivre seul. Tout ce que je dis dans cet article est vérifié, et Kenzo ne vivait pas une vie de rêve, en tout cas pas à mes yeux.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s