Formation et recherche personnelle

L’équitation, c’est le développement du ressenti équestre. Certains débutent avec une certaine facilité, d’autres non ; dans tous les cas, le tact s’acquiert grâce à la technique, que ce soit au sol ou monté, en liberté ou en bride. La connaissance et la recherche sont les piliers de tout bon cavalier.

A mes yeux, pour avoir une vision juste de l’animal, il faut savoir l’envisager dans son ensemble. Pour ce faire, il faut petit à petit acquérir des connaissances en tout genre : tout bon cavalier se doit d’avoir des bases sur la locomotion, les pieds, l’adaptation du matériel, l’alimentation, le comportement et j’en passe. Le cavalier doit être accompagné de professionnels compétents, mais surtout il doit se débrouiller pour apprendre d’eux afin d’enrichir ses connaissances personnelles.

DSC05160.JPG
Pour monter de manière juste, il faut aussi savoir veiller à l’équilibre général de nos chevaux.

 

Un cheval n’est pas seulement une monture, c’est avant tout un être pensant, ayant son passif, ses difficultés, ses particularités : le cavalier doit en prendre conscience et en tenir compte. Par son ressenti profond en premier lieu, car c’est l’empathie qui nous permet de comprendre l’autre, mais aussi grâce à la technique qu’il aura su acquérir, parce que l’intuition sans connaissances solides permet rarement de déceler la cause d’un mal être.

 

La formation pratique est essentielle

Lorsque je vois des cavalières s’autoproclamer « coach » en telle ou telle discipline et qu’en creusant un peu je me rend compte qu’elles n’ont ni expérience, ni formation quelle qu’elle soit, ça me fait peur. Parce qu’elles n’offrent qu’un avenir médiocre pour les cavaliers ou pour les chevaux de cette manière.

IMG_8141.JPG
Rio et moi juste avant notre premier stage longue durée, en Octobre 2013. Jusque là, j’avais travaillé uniquement en autodidacte. Nous avons suivi une belle évolution depuis ce jour.

 

Rares sont les formations qui proposent une approche pluridisciplinaire de l’équitation (heureusement, elles se multiplient !). La tendance est plutôt à choisir une spécialisation (à visée compétitive, de préférence) dès le début des études pour ensuite se focaliser dessus : les amoureux du CSO sont dirigés vers une équitation de performance sans rien apprendre du réel fonctionnement de l’équidé (ni de l’impact du matériel). Les dresseurs ne voient jamais une barre et s’habituent à chevaux ingérables au niveau comportemental parce qu’ils “ont du sang”. Les formations agricoles de gestion du cheval n’incluent pas de véritable connaissance éthologique.
Mais comment une telle approche peut-elle être juste? Comment l’élève peut-il acquérir des connaissances solides si les formations ne lui permettent pas d’élargir son champs de vision? Il est obligé d’aller plus loin de lui même. Et c’est à cela que l’on reconnaît les bons cavaliers.

 

11218863_756102474515430_4098443973946000076_n.jpg
Gina Pitti et Urféline, recherche du mouvement juste.

 

Pour se former correctement, le cavalier doit sortir des sentiers battus. Les formations en lycée agricole, les BPJEPS, ne suffisent pas à faire un bon cavalier ou un bon enseignant. Ce sont des débuts formateurs sans aucun doute, mais insuffisants. Depuis le début, j’ai été convaincue que si je voulais apprendre quelque chose d’intéressant, le système fédéral n’était pas une solution.
Lorsque je vois qu’après seulement deux ans de formation auprès de professionnels, avec un niveau correct mais encore plein de lacunes, j’ai des connaissances supérieures à celles de certains moniteurs diplômés, ça me donne un peu le vertige. Parce que le mono est censé avoir les connaissances et, contrairement à moi, son boulot est de les transmettre. Et il est aussi censé transmettre cette passion de la recherche qui doit caractériser l’équitation. La bonne nouvelle, c’est que l’équitation ne manque pas de véritables professeurs ; seulement, il faut aller les chercher.

 

IMG_1108.JPG
Recherche de l’équilibre avec mon fidèle Rio, lors d’une séance pas évidence en Avril 2015

 

Se donner les moyens d’avancer

Ce que je trouve passionnant dans cette discipline, c’est que rien ne sera jamais terminé. Tout est toujours à peaufiner. C’est la “perfection des choses simples” si chère à Nuno Oliveira. Mais, pour y prétendre, l’élève a besoin d’un guide juste et attentif qui saura l’aiguiller et le faire progresser.

J’ai l’impression que la stagnation n’existe pas. On progresse, et lorsqu’on arrête de progresser,  on se met à régresser. J’en fais l’expérience en ce moment, étant arrêtée depuis novembre à la suite d’un accident. Lorsqu’on est sur sa lancée, on réfléchit moins, on fait et on agit en conséquence : on fait des erreurs, on les corrige, on en tire un enseignement. Mais lorsqu’on arrête d’avancer plus, on cogite, on se créé des pensées limitantes ou on reste sur nos acquis. Et là, les problèmes arrivent, parce que les chevaux n’aiment pas l’indécision.

Je n’ai pas toujours été juste avec Rio lors de mes formations, mais je n’ai pas ressenti de mal être chez lui, car ni moi ni lui ne restions bloqués sur la séance de la veille. En revanche, en ce moment, il ne se sent pas à l’aise, alors que nous ne faisons rien à cause de mon immobilisation. Parce que je broie du noir, je suis maladroite, je peine, je réfléchis trop. Je ne suis pas sécurisante pour lui si j’hésite ; l’action a l’avantage de faire taire les hésitations. Et le bon professeur est sécurisant dans les actions qu’il propose à son élève.

 

 

12910262_1173255426041272_1226453983_n.jpg
Au calme. Avec Léo, mon nouveau professeur.

 

J’en reviens toujours à la même conclusion : les chevaux nous poussent à redevenir humbles, à accepter nos lacunes pour pouvoir les combler. Se former, c’est accepter de ne pas savoir, accepter d’être jugé, de se retrouver en position d’élève. C’est mettre son ego de côté, pour le bien être de notre monture et pour la beauté de l’Art équestre.

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Bon article, je partage tellement ton point de vue !
    Juste par curiosité chez qui t’es tu formée ?

    J'aime

    1. colinegvd dit :

      Mon parcours équestre est visible dans l’onglet « ABOUT » en haut à droite 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s