Contractions et incohérences cavalières

Décontraction ?

Dans tous les types  et stades d’équitation, décontraction semble être le maître mot. Du horseman aux allures de cow-boy au cavalier de dressage en passant par le moniteur de club et les grands pontes de l’équitation sportive, tout le monde n’a que ce mot à la bouche.

Et pourtant, sur les carrières, on ne voit quasiment que des chevaux contractés sur des enrênements, bouches fermées par un noseband ou béantes sur un mors à levier, avec un cavalier contracté également, qui lui retombe lourdement sur le dos à chaque foulée. Comment pourrait-il en être autrement, alors que l’homme tente désespérément d’imposer à sa monture sa vision du monde. « cette éthique qui postule que le degré de réussite est directement proportionnel au mal qu’on se donne », comme le dit si bien Sally Swift. Qui postule que pour être un gagnant, il faut travailler dur, sans se soustraire à la pression, sous peine de passer pour un être faible ou paresseux. Nous sommes tous conditionnés par cette éthique et nous donnons tous des buts à atteindre avec notre cheval, lui faisant subir notre pression. Un gros obstacle pour se détendre et pour détendre son cheval.

IMG_6369

 

La décontraction est comme la légèreté en équitation. Ce n’est pas un but à long terme, c’est une recherche de tous les instants. C’est à la fois une base et un accomplissement.

On doit faire en sorte que l’environnement du cheval soit le moins stressant possible en lui apportant une alimentation saine, des échanges avec ses congénères, une possibilité de mouvement … Mais ce n’est pas suffisant. On peut évidemment se servir de moyens techniques à cheval ou à pied pour y arriver. Partout, on voit des exercices destinés à décontracter son cheval et, en effet, certains sont très efficaces et à utiliser.

Mais, pensez-y. Vous êtes à votre cours de relaxation. Votre professeur vous indique de vous allonger, de détendre chaque muscle de votre corps un par un … Il déroule ses explications, mais à côté de vous, il est crispé, parle vite, marche de long en large, va même jusqu’à vous rabrouer si vous ne faites pas l’exercice correctement. Personnellement, je n’arriverais pas à me détendre avec un professeur pareil, même si les exercices qu’il me fait faire sont censés être bénéfiques. Votre cheval réagira de la même façon : vous pouvez essayer de le décontracter avec tous les meilleurs exercices du monde ; si vous même ne l’êtes pas, vous n’avez aucune chance.

DSC09079.JPG
Nous, cavaliers, devons apprendre à oublier nos croyances limitantes de manière à être dans l’instant, avec nos chevaux.

 

Beaucoup de cavaliers, pour éviter toute contrainte, décident de monter leurs chevaux uniquement sans mors, sans selle … Ou de ne pas les monter du tout. Mais je crois que se focaliser sur l’outil est un moyen de se détourner du vrai problème. L’outil est … un outil. L’utilisation qui en est faite en revanche, est notre responsabilité (et correspond également à nos affinités). J’ai vu des chevaux montés en liberté complètement crispés et déséquilibrés. Le travail de join-up fait par certains amateurs est une preuve sans conteste que souvent, en voulant supprimer les outils, on peut créer des problèmes.

Le problème de l’équitation, ce n’est pas l’outil, c’est le cavalier. Si, en tant que cavaliers, nous apprenions à nous mouvoir de manière à ne pas gêner notre monture dans les mouvements que nous lui demandons de faire ; si nous lui enseignions comment disposer de son corps avec notre poids sur le dos ; si nous apprenions à être centrés et justes, sans venir ajouter nos problèmes personnels sur le dos de nos chevaux, alors nous commencerions à avoir les outils pour décontracter nos chevaux.

IMG_0841.JPG

Les incohérences humaines

J’entends souvent parler de non jugement et de remise en question dans mes pérégrinations équestres. Il ne faut pas juger l’autre, il ne faut pas s’auto-critiquer, il faut être ouvert au changement … Mais parfois, ceux qui en parlent le plus sont ceux qui en font le moins. Combien sont-ils autour de nous, de cavaliers qui se targuent de ne pas utiliser d’enrênements, mais qui montent des chevaux tendus sans même y accorder de l’attention ? Combien sont-ils, à proclamer qu’ils respectent la nature de leur cheval, alors que rien qu’en les enfermant dans des prés nous nions tous leurs besoins véritables ? Combien affirment se remettre en question, pour retomber toujours dans les mêmes ornières ?

La véritable remise en question est intérieure, elle ne se hurle pas sur tous les toits, elle est constante ; c’est un mode de pensée. Je ne pense pas de la même manière qu’hier, et demain ma pensée aura encore changé. Ce n’est pas passer d’une vérité à l’autre, c’est être conscient qu’il n’y a aucune vérité, et que la seule possibilité est de s’adapter à l’instant, sachant qu’aucune réponse n’est juste ou fausse. C’est en faisant des erreurs que l’on apprend.

DSC00425.JPG

Quoique vous fassiez, en tant que propriétaire ou cavalier, vous subirez beaucoup de pressions extérieures, intentionnelles ou non. Vous serez traité de laxiste, de bourreau, de fainéant, d’incompétent. Parce qu’il y aura toujours une personne persuadée qu’elle sait mieux que vous. Et le pire de vos détracteurs, ce sera vous. Parce que mine de rien, toutes ces remarques extérieures, nous les stockons, et elles reviennent nous frapper en plein visage lorsque nous sommes en détresse. Beaucoup affirment qu’ils se fichent de ce que les gens pensent d’eux. J’en connais très peu qui ne mentent pas en disant cela. La première sagesse dans le jugement, c’est de s’avouer que le regard des autres nous importe. Pour ensuite réussir à faire la part des choses.

J’ai toujours été terrifiée par le fait de déplaire à autrui. Ces derniers mois, suite à des évènements personnels, j’ai réalisé à quel le fait de devoir prouver ma valeur me pesait. Par envie de faire mieux, plus vite, je suis allée trop loin, pour mon corps, pour mon cheval, et je me suis blessée. Et j’ai réalisé que je me forçais depuis quelques mois à être une cavalière que je n’étais pas.

 

DSC09834.JPG
Chassez le naturel … Il revient au galop !

Aujourd’hui, j’apprends doucement à me détacher de cette part de moi qui me freine. Parce que, même avec tous les efforts de la terre, personne ne peut plaire à tout le monde. J’ai quelques mois de repos forcé devant moi, lors desquels je vais pouvoir me remettre en lien avec mes chevaux, sans la pression que je leur mettais sur le dos. Votre cheval n’a pas à porter le poids de vos colères et de vos insécurités. Nous le savons tous, mais nous le faisons subir à nos montures, contre notre gré. Les vraies, belles personnes de cheval, ce sont celles qui ont réussi à se détacher du regard d’autrui.

Nous avons encore beaucoup de chemin à faire avant d’arriver au non-jugement. Heureusement, nous avons nos chevaux, ces excellents professeurs qui nous enseignement l’autodérision, l’attention juste, l’empathie. Quand nous voulons bien les laisser faire …

 

“En général, nous voyons ce que nous voulons voir plutôt que ce que nous avons sous les yeux. Nous regardons mais sans forcément appréhender ni comprendre. Peut être nous faut-il accorder notre vision comme nous accordons un instrument, pour augmenter sa sensibilité, sa portée, sa clarté ? Il s’agirait alors de voir les choses telles qu’elles sont réellement, et non telles que nous voudrions ou redouterions qu’elles soient, ou ce que nous sommes conditionnés socialement à voir ou à ressentir.”
Jon Kabat-Zin, Méditer

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Juliette dit :

    Super article ! 🙂 Merci beaucoup de partager cela.

    J'aime

  2. Merci. Cet article m’a fait énormément de bien, c’est exactement ce que j’avais besoin de lire. Je ne peux qu’agréer, agréer et encore agréer… et malgré tout je plaide coupable. Je me retrouve tellement dans ces lignes, je le réalise pleinement maintenant. Mais ça me réconforte, je ne suis pas seule (oui, je crois que c’est bien humain) et tout ce que vous dites a du sens pour moi. Je suis reboostée. Encore merci – de ma part, mais de celle de mon cheval aussi.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s