Les micro-organismes efficaces

DSC09187.JPG
« Le terrain est tout » – Claude Bernard

Les EM sont le fruit d’un hasard commode. Leurs bienfaits ont été découvert par le Japonais Terua Higa, professeur d’horticulture planchant sur l’utilisation des micro-organismes dans l’agriculture.

Un soir, il jette dans son jardin des restes mélangés des souches bactériologiques inoffensives, persuadé de l’échec de son travail. Quelques jours plus tard, Higa se rend compte qu’à l’endroit où ont été déversée les bactéries, la végétation s’est développée de manière luxuriante. Il réalise alors que le tout n’est pas de trouver une levure ou bactérie efficace, mais de créer un mélange de différents types de micro-organismes qui travailleraient ensemble. Après plusieurs essais, il s’arrête sur une symbiose finale appelée Effective Micro-organisms (EM).

 

De quoi sont composés les EM ?

Les EM sont une combinaison de bactéries et de levures alimentaires. Schématiquement parlant, le monde qui nous entoure est composé de trois sortes de bactéries :

  • les bactéries dites structurantes (qui gèrent la fermentation et la régénération),
  • les bactéries dites pathogènes (qui génèrent la putréfaction),
  • les “suiveuses”, qui représentent environ 80% du terrain et qui se contentent de soutenir les plus fortes.

Le monde a besoin des trois types de bactéries pour fonctionner. Cependant tout corps ou sol équilibré contient plus de bactéries de fermentation que de bactéries de putréfaction. Malheureusement, notre agriculture et notre mode de vie modernes inversent la tendance et ce sont souvent les mauvaises bactéries qui dominent.

Ce cocktail est donc composé de bactéries de fermentation (autrement dit, de vie) qui cohabitent et qui soutiennent le corps ou le sol qu’elles occupent. Si une bactérie pathogène entre dans ce mélange, elle est combattue.

 

Pourquoi et comment l’utiliser chez le cheval ?

Ce mélange était à la base destiné à rendre fertiles à nouveau les sols tués par une agriculture intensive, ou bien les zones polluées par la radioactivité (des test extrêmement probants ont notamment été faits à Fukushima).

Il a vite été réalisé que notre flore intestinale fonctionne de la même manière que les sols au niveau bactériologique :

“lorsque les souches à putréfaction prennent le dessus, les 80% d’opportunistes suivent et c’est la maladie. Et c’est là que l’EM-X (…) débarque en masse des EM de fermentation qui vont se reproduire rapidement et faire basculer la majorité, avec bien sûr les opportunistes qui suivent. Le processus est simple et universel.”
– Michel Dogna.

DSC04595.JPG
Même si nous cherchons tous le confort de nos chevaux, ces derniers peuvent souffrir de la vie en captivité et leur système immunitaire peut s’en retrouver affaibli.

Le mode de vie actuel de nos chevaux met souvent sa flore intestinale en déséquilibre. Entre les aliments industriels, les vermifuges et les médicaments, sans parler du stress ou de l’herbe trop riche, cette dernière est souvent mise à mal. Vous pouvez donc aider votre équidé à retrouver la santé en nourrissant sa flore intestinale avec des bactéries de fermentation, qui sauront la soutenir.

J’en ai utilisé cet été pour Rio, qui a du mal à digérer l’herbe grasse. Aidé par les EM, il a bien dégonflé et était plus à l’aise.

Les EM sont en plus une solution économique ; le prix s’élève à environ 25euros les 5l. Il est conseillé de les donner en cure sur un mois, à renouveler au besoin, à hauteur de 100ml par jour. Les bactéries baignent dans une solution mélassée, ces dernières se développant mieux dans le sucre ; il est donc assez facile de les donner à la seringue car elles ont bon goût. Sinon, elles peuvent être mélangées dans la ration.

C’est un bon réflexe à prendre avec tout traitement allopathique ou vermifuge, ou quand l’état du cheval se détériore. Comme la levure de bière ou autres probiotiques, ce n’est pas un produit qui fera du mal à votre cheval ; il en tirera toujours bénéfice. Vous pouvez aussi en voler à vos chevaux, ce qui vaut pour eux vaut aussi pour vous.

 

Les EM dans les sols

La solution a été crée dans le but d’assainir et de rendre vie à des sols malades. Elle accroît également le rendement dans les productions agricoles. Les propriétaires de terrains, éleveurs et gestionnaires d’écuries peuvent donc utiliser les EM afin de redonner un coup de pouce bactériologique à leurs prés. Ils permettront de combattre les parasites et de favoriser la pousse d’herbes de qualité, le tout dans un sol sain.

 

Où s’en procurer ?

Chez Synbiovie ; je suis personnellement les conseils de ma formatrice en thérapies holistiques, Laure Souquet, et prends la solution fermentée aux herbes.

Attention, la solution est vivante et fragile, elle ne doit pas être conservée à des températures extrêmes.


Ouvrages et liens :

Michel Dogna et Anne-Françoise L’Hôte, 27 remèdes majeurs actuels, 2015, éditions Trédaniel.

Teruo Higa, EM, une révolution pour sauver la Terre, 2009, éditions International Books.

Anne Loch, Les micro-orgnismes efficaces au quotidien, 2011, éditions Le Souffle d’Or.

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s